S.N. Lemoing : L'écriture, c'est se poser mille questions

S.N. Lemoing : L'écriture, c'est se poser mille questions

shewolf

On dit souvent que les jeunes ne lisent plus, n’écrivent pas ou ne s’intéressent à rien. S.N. Lemoing, auteure Fantasy et scénariste, démontre le contraire. Très appréciée de ses lecteurs.rices, elle a répondu volontiers aux questions de Plein de Talent.

1) Tout d’abord, bonjour S.N. Lemoing, depuis quand écris-tu ? Quel est ton parcours ?

Bonjour, dès que j’ai su écrire, j’ai passé une bonne partie de mon temps à inventer de petites histoires. Puis à l’adolescence, je me suis plus tournée vers le cinéma et l’écriture de scénario. J’ai ensuite fait des études littéraires et une licence en audiovisuel. L’écriture sous toutes ses formes me fascine. Après avoir exercé dans l’audiovisuel pendant 10 ans, il y avait certaines de mes histoires que je n’arrivais pas à faire produire ou éditer. Quand j’ai entendu parler de l’auto-édition, je me suis dit que ce serait peut-être l’occasion de pouvoir montrer si ces histoires pouvaient plaire.

2) Quels sont les grands thèmes abordés dans tes écrits ? Des intentions particulières ?

Il y en a beaucoup, mais disons que les principaux sont le féminisme, la diversité et l’écologie. J’essaye d’écrire de manière positive également, en évitant tout sexisme, grossophobie, etc. Enfin, tout ça se rejoint. En réalité, beaucoup de romans encore publiés aujourd’hui sont bourrés de ce genre de stéréotypes, ou comme dans certains magazines, d’idées culpabilisantes (chercher à maigrir, avoir honte d’être d’une telle manière ou de faire telle chose). Ce sont beaucoup de petites choses toxiques qu’on peut facilement éviter et qui ne sont pas nécessaires dans une histoire.

papier mes 7 ex

3) D’où vient ton inspiration ? As-tu des auteurs de référence qui t’ont donné envie d’écrire ?

L’inspiration peut venir de tout en fait. Ça peut être d’une photo, d’un article, d’un voyage, d’un thème, d’une remarque, d’une discussion, etc. Pas vraiment en lisant en fait, car j’aurais trop l’impression de copier (rires). Je préfère avoir du recul. Je ne dirais pas que ce sont des auteurs.rices qui m’ont donné envie d’écrire, mais j’admire le travail de Robin Hobb, G.R.R. Martin, Neil Gaiman et d’auteurs.rices plus classiques.

4) Sur ton site, tu traduis tes propos en anglais, y a-t-il une raison particulière ?

Oui, en fait je suis presque bilingue, et du coup, je me suis dit pourquoi ne pas tenter d’envoyer mon roman à des agences littéraires anglaises. Parfois, je ne sais pas trop, est-ce que j’arriverai à trouver une maison d’édition ici ? Là-bas ? Ou est-ce que je n’en trouverai jamais et je vais devoir continuer à tout faire en auto-édition ? Je tente plusieurs pistes. Je continue à écrire des scénarios également, et je les envoie en anglais aussi. Je tente ma chance où je le peux.

5) Une controverse a eu lieu ces dernières semaines sur la lecture inclusive. Qu’en penses-tu ?

Alors d’un côté, je suis pour l’idée que la langue française devienne vraiment égalitaire. D’ailleurs, dans mes romans aussi, j’écris de manière à ce qu’il y ait autant de personnages féminins que masculins (car souvent, dans la fiction, il y a plus d’hommes que de femmes, voire même le syndrome de la Schtroumpfette) et dans l’écriture en elle-même, j’essaye de ne plus utiliser de termes sexistes ou qui ne mettent en avant que les hommes. Après le problème de l’écriture inclusive, c’est vrai que ce n’est pas toujours esthétique, surtout en lisant de la fiction. Quand il s’agit d’articles, ça ne me dérange pas du tout. Il y a peut-être encore des solutions à trouver. En attendant, je continue à ma manière. Par exemple au lieu d’utiliser « les hommes » en parlant des êtres humains, j’utilise tout simplement « les humains » pour revenir à plus de neutralité.

6) Peut-on savoir quels prénoms se cachent derrière tes initiales S.N. ou est-ce un simple pseudo ? (On est curieux)

Oui, ce sont tout simplement mes deux prénoms Sandra Nathalie. En fait, il y a déjà une autrice qui porte le même nom que moi, et je voulais garder mon nom sans qu’on nous confonde. Et je ne voulais pas prendre de pseudo puisque je suis aussi scénariste, d’où les initiales.

Auteure2

7) As-tu des souhaits particuliers pour la suite de ta carrière ?

Oui, c’est vrai que si au moins l’un de mes romans, surtout celui qui a le mieux marché « Shewolf » pouvait être publié par une maison d’édition, ce serait génial ! Ou un scénario produit, ce serait super sympa aussi. En attendant, je continue avec l’auto-édition.

8) Quels sont tes projets littéraires ? Autres projets ? Autres passions ?

Alors mes projets littéraires, pour le moment, c’est d’écrire les suites de mes sagas. En ce moment, je suis sur le tome 2 de « Shewolf » et j’ai commencé l’épisode 3 de « Les Calices du Temps ». À côté, je continue d’envoyer des scénarios également. Dès qu’il y a un concours, je participe. Et mes autres passions sont assez variées aussi. Que ce soient les jeux vidéo, les concerts, prendre des photos, regarder des films et des séries. Ponctuellement, je travaille sur des tournages aussi.

LES CALICES DU TEMPS EP 1 COVER  small.jpg

9) L’association Plein de Talent a pour but de promouvoir des talents, quels conseils donnerais-tu à toutes celles et ceux qui veulent se lancer dans l’écriture ?

Premièrement, je pense qu’il faut vraiment s’accorder un temps de réflexion et de relecture. Faire autre chose pendant quelques semaines et y revenir ensuite. C’est un peu le genre de conseil que beaucoup de personnes ne suivent pas (même moi, il y a longtemps… [rires]), mais c’est pourtant très utile. C’est là qu’on voit si ce qui ressort de notre histoire et des personnages est en accord avec l’idée qu’on s’en est fait. Des fois, on a toutes les idées, mais concrètement, ça ne donne pas la même chose sur le papier. Il faut peaufiner son travail au maximum avant de l’envoyer ou de le publier. Et puis l’écriture, c’est se poser mille questions : est-ce que cette scène est bien utile ? Est-ce que c’est cohérent ? Est-ce que j’ai bien expliqué la réaction de ce personnage ? Quand on peut répondre à toutes les questions, c’est bon signe !

Merci à cette jeune auteure de nous avoir répondu. L’important c’est de travailler et d’y croire et c’est visiblement le cas de S.N. Lemoing. A suivre donc notamment sur son site internet, vous pouvez également voir son profil sur Babelio.

Cet article a 3 commentaires

  1. Merci beaucoup pour cette interview et bravo pour votre projet !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier