Mademoiselle Maurice, un style "origamique".

Tout le mois de juin se déroule le Grenoble Street Art Fest, un rendez-vous culturel désormais incontournable. Nous vous proposons de découvrir une artiste de talent présente lors de cet événement et qui a réalisé une fresque à Fontaine, Mademoiselle Maurice…

DSC_0021

1) Tout d’abord, bonjour Mademoiselle Maurice, depuis quand es-tu dans le milieu du street art ? Quel est ton parcours ?
Bonjour, j’interviens dans la rue depuis 2011… Premières installations au Japon, avec des rubans, et puis en France avec l’origami… J’ai toujours aimé créer, bricoler, mais mon parcours post bac a commencé par une école d’architecture puis deux années à travailler dans ce domaine… mais dès lors je me suis dit « quand je serai grande je serai artiste »… et là, j’ai commencé à me chercher.
2) Comment définirais-tu ton style ?
Naïf, coloré, accessible, revendicatif, origamique, écologique et artisanal.
3) De quelle réalisation es-tu la plus fière ?
Un des plus grands murs que j’ai réalisé de 15 mètres de haut par 120 mètres de long à Paris… une installation périlleuse, pleine d’imprévu mais magnifique humainement 🙂
Mademoiselle-Maurice-lunar-cycle-10
 
4) Peux-tu nous en dire plus sur l’œuvre que tu as crée à Fontaine dans le cadre du Grenoble Street art fest ?
Un mélange de peinture et de métal : un fond noir qui exacerbe l’aspect urbain, sur lequel vient se poser un mandala à l’évocation florale, aux couleurs de l’arc-en-ciel,  fresque comme un vitrail sur la façade, entouré d’oiseaux de métal qui s’envole et font se découper quelques pétales échappées.
 
mademoiselle
Mademoiselle Maurice et son oeuvre à Fontaine (source : Instagram)
 
5) Quels sont tes projets à court et moyen terme ?
Je rentre à peine d’un projet en haute-Montagne ou il a s’agit de réaliser une œuvre avec des détenus, bientôt deux murs à Paris dans une station de métro puis une résidence en Indonésie avec une tournée dans quatre villes, puis un mur au Havre, etc.
6) Quelles qualités faut-il avoir pour être un bon « street artiste » ?
Je n’aime pas ce terme de « street artiste »… personnellement, je préfère intervenir dans la rue, mais je ne fais pas que cela…
Être artiste urbain peut être réducteur : perso j’interviens aussi en école, dans les hôpitaux, je réalise aussi des installations in situ en intérieur et des tableaux… dès lors que l’on est plus dans l’espace urbain, ce n’est plus de l’art urbain. Je suis juste artiste, créatrice, plasticienne… et pour les « qualités »… je ne sais pas… être acharné, travailleur, inspiré, curieux, habité et surtout PASSIONNÉ !

N’hésitez pas à la suivre sur ses réseaux sociaux, elle voyage beaucoup et c’est un vrai plaisir de la suivre sur Instagram ou Facebook

Disponible dans toutes les librairies : le livre Mademoiselle Maurice « Origamismes vivants » Collection Opus Délit – N°74 – Critères Edition – 96 pages.

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier

%d blogueurs aiment cette page :