Les maisons d’édition à éviter – 1ère partie

Les maisons d’édition à éviter – 1ère partie

Vous nous l’avez demandé et suite à notre sujet de forum, nous allons recenser les maisons d’éditions à éviter. Elles sont malheureusement trop nombreuses et prennent parfois les auteurs pour des pigeons. Deux d’entre elles passent sur le gril aujourd’hui.

Les éditions Baudelaire

Ça sonne bien et pourtant. Cette maison est clairement à compte d’auteur. J’ai ainsi répertorié plusieurs témoignages.

Le premier est ancien et provient du site des jeunes écrivains en 2008 :

« J’ai écris un manuscrit et je l’ai envoyé à une maison d’édition, les éditions baudelaire. Après l’accord du comité de lecture, ils m’ont envoyé une réponse positive avec les contrats, leur rib et tout le reste. Il m’impose la correction par un professionnel soit 2 € par page. Mon manuscrit fait 530 pages, cela me revient à  1 118.30. Il me demande aussi de financer la maquette de mon livre, d’un coût de 3 490.00 € se qui fait en tout, que je devrais payer 4 608.30 € payable en 4 fois. »

Autre témoignage, répertorié sur le site des éditions Atramenta, un peu plus récent, date de 2013 :

  
 

Bonjour à tous

Bon j’ai reçu mon contrat d’édition pour la publication de mon ouvrage par les éditions Baudelaire

Cette maison d’édition m’avait l’air parfaite
Je leur avait donc envoyé mon manuscrit
J’attends quelques semaines et voilà que ce matin je reçois un courrier de leur part

En voici un extrait :
« J’ai le plaisir de vous annoncer que votre manuscrit intitulé « De l’autre côté du miroir » à particulièrement séduit notre comité de lecture

[…]

Seul reste à votre charge le coût initial de la maquette réalisée par une équipe […]. Cette participation s’élève à un coût total TTC de 2386.60 euros.

Plus récent encore (2018) , le témoignage désabusé  d’Henry War sur son blog : 

« Donc je ne retrouve mon investissement qu’à partir de 794 exemplaires vendus (mais, une fois de plus, rien n’oblige l’éditeur de toute façon à imprimer au-delà de 300). Avant cela, je n’ai rien gagné. Rien. Pas un centime. »

Les éditions La Bruyère

La Bruyère éditions

Là aussi, le nom de l’éditeur en impose et que dire de la présentation

« 40 ans au service des écrivains

[…]

Les éditions LA BRUYERE se démarquent par des ouvrages de référence aux préfaces prestigieuses de grands historiens, académiciens, écrivains reconnus, journalistes, etc. »

Bravo, on a envie d’applaudir et pourtant cette maison est aussi à compte d’auteur. Elle ne le précise bien sûr pas dans cette présentation, ça fait tâche… A son crédit, je n’ai pas trouvé d’horreur ou de témoignage particulier, mais peut-être en avez vous ?

C’est à vous de dire si ce qui est écrit plus haut est vrai, si vous avez des témoignages à apporter. Il se peut que l’une des deux maisons citées jouent la transparence ou fait du travail de qualité.Bien sûr, cet article va faire grincer des dents. Quelles seront les prochaines maisons d’éditions à y passer ? Suspense jusqu’au prochain article… 

La suite est ici !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier