Grenoble Street Art Fest, il a tout d'un grand !

Grenoble Street Art Fest, il a tout d'un grand !

Ce 1er juillet siffle la fin de la 4ème édition d’un des plus grands festivals de street art en Europe. Un mois de folie où les artistes ont encore une fois réaliser des œuvres de toute beauté à travers la ville.

 

Sonny
L’oeuvre de Sonny (Afrique du Sud) sur le campus de Saint-Martin-d’Hères.

 
Un mois, c’est ce qu’a duré ce festival artistique hors-norme !
Ils sont venus du Japon, d’Argentine, d’Afrique du Sud, des Etats-Unis, mais aussi du Portugal, de Pologne et bien sûr de France.
Qu’ont-ils en commun ? Ils tapissent les murs de leur peinture, chacun avec son style, réaliste pour certains, surréaliste ou abstrait pour d’autres, et même origamique (voir l’article sur Mademoiselle Maurice). Hommes, femmes de tous les continents ont une fois de plus rendu les façades de la capitale des Alpes plus belles.
 

Suiko
La fresque de Suiko, artiste japonais, visible dans le quartier Championnet.

 
On retiendra de cette édition qu’elle ne s’est pas cantonnée aux quartiers historiques artistiques de la ville que sont Berriat, Saint-Bruno, Championnet ou même Fontaine, mais que le festival s’étend désormais sur d’autres territoires : Saint-Martin d’Hères et Pont-de-Claix. A quand des fresques sur Échirolles, Eybens et les autres communes de la Métro, peut-être dans les prochaines éditions ?
 

Etien
Fresque d’Etien dans le quartier de la Capuche.

 
Toujours est-il que l’espace de jeu est vaste et que la diversité des artistes venus du monde entier constitue aussi tout l’intérêt de cet événement amené peut-être à devenir encore plus majeur. Saluons cette année la création d’un village street art idéalement situé à la Caserne de Bonne. Certes, constitué de deux stands, mais on peut comprendre l’ampleur de la tâche pour les bénévoles !
Il est également à noter que le festival ne s’est pas limité à la réalisation de fresques murales, mais diverses animations ont ponctué l’ensemble : des ateliers, expositions, dédicaces, conférences…
Du côté des artistes, difficile de vous dire ce que l’on préfère chez Plein de Talent tant les œuvres ont été éclectiques. On retiendra l’originalité de Mademoiselle Maurice, la constance de Snek (le Grenoblois), mais on admire franchement ce qu’à réaliser le Sud-africain Sonny sur la façade du campus !
 

Sonny
La plus belle des œuvres réalisées cette année ? Sonny

 
Pour résumer, le Grenoble Street Art Fest a gravi une étape supplémentaire cette année pour devenir un événement culturel de plus grande importance. Jusqu’où, rendez-vous l’année prochaine…

Et vous, êtes-vous venu à Grenoble pendant le festival, quelle oeuvre avez-vous préféré cette année ? N’hésitez pas à nous le dire en commentaire.

Bravo aux organisateurs et aux bénévoles. Bien sûr, Plein de Talent aimerait devenir partenaire d’un tel événement pour le médiatiser encore un peu plus. L’appel du 1er juillet est lancé…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier